Nouvelles

This message is only visible to admins.

Problem displaying Facebook posts. Backup cache in use.
Click to show error

Error: Error validating access token: Session has expired on Friday, 15-May-20 11:43:20 PDT. The current time is Thursday, 06-Aug-20 05:48:27 PDT.
Type: OAuthException
Solution: See here for how to solve this error

Les variations patronymiques

Certains des descendants des trois Français à l'origine des Doré qu'on retrouve en Amérique du Nord ont modifié l'orthographe de leur nom sans pour autant que la prononciation... En savoir plus >

Ceci n'est pas un coffre ordinaire. C'est dans un tel objet, tout petit malgré les apparences, que chaque Fille du Roy apportait avec elle sa maigre dot matérielle, fil, aiguille, tissu, brosse, en s'installant en "Neufve-France". (Musée de la civilisation du Québec)

Encore récemment, les férus de généalogie familiale "savaient" qu'on connaissait trois sources principales aux porteurs du nom Doré en Amérique; et on sait que la grande majorité des Doré sont des descendants de Louis, fils de Pierre et Hilaire Fergé, arrivé à Québec en 1666. On connait aussi Jean (Baptiste) Doré, arrivé en Nouvelle-France en 1730 et qui s'installe dans la région de Montréal. Le dernier immigrant s'appelait aussi Louis, arrivé en 1757, un grenadier au Régiment de Berry qui s'est marié avec une Canadienne et a pu ainsi éviter d'être renvoyé en France après la reddition de 1760. Mais des recherches récentes en génétique indique qu'il n'y a que deux sources d'origine, les descendants de Louis (1666) et Jean Baptiste (1730) ayant un ancêtre commun en France. L'AFDI publiera bientôt des éléments d'information sur cette découverte majeure.

En attendant, rappelons qu'on trouve la trace de Doré dès le début de la Nouvelle-France. Ainsi, Roger Doré est tué par les Iroquois avant 1664. Pierre Doré de Saint-Nicolas (La Rochelle) épouse Jeanne Rivaut à Québec en novembre 1681; il décède en mai 1684 et ne laisse aucun descendant, mais une histoire étrange que ce site racontera bientôt.

Penchons-nous sur ce patronyme plutôt ancien, puisqu'il remonte au Moyen-âge, et assez largement répandu dans les anciennes régions françaises de la Saintonge, de l'Aunis, de l'Angoumois et du Poitou. Le lecteur pourra trouver ici réponses à ses questions.

LES FAMILLES ALLIÉES

On ne peut qu'être fasciné par le mélange aléatoire de gènes qui, à travers les siècles et les générations, mènent à un individu. Pour  une personne de la onzième génération en terre d’Amérique, comme l’auteur de ces lignes, il aura fallu la succession de 2046 ancêtres, hommes et femmes à parts égales, évidemment même si on doit encore le souligner. De ce nombre, ce n'est qu'un infime minorité, une dizaine, dont le patronyme est Doré, celui que je porte et qui m’a été transmis selon les règles légales en vigueur au fil du temps.

C’est donc dire que plus de 99 p. cent de celles et ceux qui ont contribué par leurs gènes à mon existence sont ignoré-e-s, ou mal connu-e-s quand on les regarde par le lunette généalogique. Il y a un intérêt à fouiller les "moments d'histoire" des autres branches de l’arbre généalogique familial, les "alliés" comme on les appelle parfois, et c’est ce dont cette partie du site de l’Association des familles Doré veut rendre compte. Ça passe d'abord par les femmes, et c'est pourquoi la premier personnage remarquable dans cette longue filiation, est ma grand-mère Blanche Lizette-Doré.

Lizette, Lizotte, Gagnon, Holland, Kaorate, Peltier, Roussy

LES BRINS D'UNE GUIRLANDE SANS FIN

PARCELLES BIOGRAPHIQUES

Cette page est En Construction